ROTOR0025


LES BELLES NOÏSEUSES - Whiter than white

 

Commander :


 

Nous ne sommes en aucun cas responsables des pertes, dommages, retards, grèves occasionnés par le transporteur.
Un supplément de 3 euros peut être ajouté pour un recommandé.

 

EUROPEAN UNION:
[including Switzerland, Liechtenstein, San Marino, Vatican]: Austria, Belgium, Bulgaria, Croatia, Cyprus South, Czech Republic, Denmark, Estonia, Finland, Germany, Greece, Hungary, Ireland, Italy, Latvia, Lithuania, Luxembourg, Malta, Netherlands, Poland, Portugal, Romania, Slovakia, Slovenia, Spain, Sweden, United Kingdom.

REST OF THE WORLD:
Africa, America, Asia, Eastern Europe (non-EU), Norway, Oceania, Russia.
SELECTIONNER VOTRE PAYS
Frais de Port Gratuit

 

OPTION Recommandé
[Une seule fois pour toute quantité]

 

Bio


 

C’est comme exutoire que Les Belles Noïseuses furent fondées en 1992. Lors de leurs défoulements chaotiques et abrasifs, tout était permis. Petit à petit, le trio a mis en place une musique acoustique sombre et mélancolique, charmeuse et pudique, une dark-folk langoureuse matinée d’influences variées : pop psychédélique, cold-wave, indus… Mais sous ce noir vernis se cache une tendre ironie. Le désespoir se fait goguenard.

 

 

 

 

 


Whiter than white, Plus blanc que le blanc, le titre sonne comme une pub pour de la lessive. C’est justement à la pub et à la lessive que Les Belles Noïseuses s’en prennent. Ou plus exactement à ce qu’elles représentent : consommation, conformisme, libéralisme économique. Ne vous attendez pas toutefois à ce que Les Belles Noïseuses vous livre un discours. Seuls des impressions, des émotions, des rêves et des cauchemars sont véhiculés par leur structure musicale épurée. La contrebasse doom-jazz rappelle le meilleur de Mick Karn. La guitare minimaliste écorche la mélodie jusqu’à l'os, jusqu’à l’atonal. La voix caverneuse et veloutée vous enveloppe pour mieux vous emmener en enfer. Whiter than white: une danse macabre et primesautière. Désir de vivre, joie de mourir !



 


 

Personnel


Bela Goosy : voix
Bill Ottomo : guitare
Spotzy Blackcycle : contrebasse

Track Listing


Face A:

1) When the border becomes thinner (4'17)

2) The last one kills (3'47)

3) Whiteness (5'04)

4) A presage of evil (2'56)

5) Downtown ghosts (4'45)

 

Face B:

6) Ursa Majoris 47 (3'27)

7) Spineless nightmare (3'58)

8) Dance of death (2'55)

9) Sound #13 (2'28)

10) Burning house (2'50)

11) Forever with your ectoplasm (6'25)

 

 

vidéo clip


Les Belles nOÏseuses / The Last One Kills (3:47)

 


Credits


 

Participants :
Jay Mooken : batterie
François Ammeter : percussions sur "A presage of evil"
Olivier Adjedj : claviers

Paroles, musiques and enregistrements, Les belles nOÏseuses, 2010
sauf "Burning house", paroles et musique, Johannes Vester (Sand), 1975
Mix and mastering, Olivier Gangloff, Romain Ferrey, Hervé de keroullas and Les belles nOÏseuses, 2010


Designer graphique : Eric Collet d'après les gravures de Albrecht Dürer (1471 - 1528)
Edition et production phonographique, Christophe Louis