Nurse With Wound

Gyllensköld, Geijerstam And I At Rydberg’s

  • Label
    Rotorelief
  • Catalogue #
    ROTOR0077 ART BOOK CD
  • Edition
    Deluxe Edition
  • Format
    Art Livre CD
  • Book + CD
    Book + CD, CD, Experimental,
  • release date
    2021/09/07

21,00

Notes

Le livre d’art cd sera expédié à partir du lundi 20 septembre 2021




Nurse With Wound – Gyllensköld, Geijerstam And I At Rydberg’s – Art Book CD – Silver Collection – album augmenté
Deluxe Art Book cd de 24 pages cousues – Tous les artworks par Babs Santini

Pistes
1. PLUSIEURS MOMENTS ÉTRANGES AVANT LE DÉJEUNER (9:48)
2. PHÉNOMÈNE DE L’AQUARIUM ET DE LA FEMME À BARBE (5:32)
3. ONGLES SALES (15:42)
4. ODD (2:41)
5. AQUARIUM (5:58)
5. ONGLES SALES (10:33)
6. VOYAGE À TRAVERS LE FROMAGE (20:20)

La période de 1983 au cours de laquelle Gyllensköld a été enregistré a été une période fantastique pour l’évolution de l’art audio de Steven Stapleton. Ses collaborations avec Diana Rogerson, Robert Haigh (Sema), David Tibet et Thirlwell à cette époque ont donné lieu à certaines des œuvres les plus passionnantes que Nurse With Wound ait jamais enregistrées. Écoutez ce matériel et comparez-le à Chance Meeting et il devient évident qu’en quelques années seulement, l’art de Stapleton a progressé à pas de géant. La qualité de production de ces morceaux est remarquable, et l’élargissement de l’univers sonore de NWW a ouvert une toute nouvelle boîte à jouets audio avec laquelle Stapleton a continué à expérimenter jusqu’à aujourd’hui. Ce nouveau son englobe des expériences vocales, des vinyles vintage de musique easy listening, des comptines démentes, des références latérales à de la musique pop jetable, du jazz d’avant-garde et des compositions minimales au piano, le tout collé à des atmosphères évocatrices de choses impies, troublantes et perverses, mais toujours étrangement indéfinissables et étrangement difformes. Rétrospectivement, Gyllensköld peut être considéré comme le début de la période de « maturité » de NWW, et c’est donc une sortie indispensable pour les fans du projet.

Peut-être influencé par les obsessions de son ami et collaborateur Tibet, Stapleton a également commencé à tisser des références religieuses et occultes dans son habituel lâcher de noms d’artistes et de mouvements d’avant-garde. Le titre de Gyllensköld est tiré d’une entrée du Journal occulte du dramaturge August Strindberg, un volume qui représente soit le compte rendu de l’exploration de la magie et du mysticisme par un grand écrivain, soit les gribouillages hallucinogènes d’un homme en proie à une psychose paranoïaque extrême, selon le point de vue. De même, le Gyllensköld de NWW ressemble parfois à la bande-son d’un épisode schizoïde : des voix désincarnées entonnent des absurdités, flottent de façon subliminale sur les canaux stéréo ou ricanent avec un plaisir diabolique. Les sons sont plus denses ici que sur des œuvres antérieures comme Homotopy To Marie. Les zones de silence ont pratiquement disparu, remplacées par des couches de bourdonnement, de bruits caricaturaux et de voix mutantes. « Several Odd Moments Prior to Lunch » ouvre ce bref album, plantant le décor avec ses voix lysergiquement altérées et un effrayant gouffre béant de sons hantés et spectraux. Stapleton, Thirlwell et compagnie ont appris à manier le studio comme un instrument sur ces enregistrements et d’autres de l’époque. Des effets tels que la réverbération, le délai, la modulation en anneau et le backward tracking sont utilisés pour créer des textures évolutives et des espaces de rêve sombrement psychédéliques.

« Phenomenon of Aquarium and Bearded Lady » utilise un certain nombre d’instruments, dont des cors et un piano, pour créer un étrange chant funèbre disloqué dans lequel les sons d’un jack-in-the-box tournant lentement ne sont pas déplacés. Pour les fans de musiciens comme Jacques Berrocal, qui préfèrent leur free jazz avec une forte dose d’excentricité détraquée, cet album est à peu près ce qu’il y a de mieux. « Dirty Fingernails » est un autre morceau, une longue exploration de textures étranges, combinant des bruits aigus mystérieux avec des bips percussifs d’origine mystérieuse. Tout cela ressemble à la bande-son d’un rituel alchimique pratiqué par des cyborgs de l’ère victorienne dans un tunnel de métro abandonné à la fin des temps. En d’autres termes, le territoire de Nurse With Wound.

source : Brainwashed